Subutex, baston et love story

Deux ans en immersion dans des vies chaotiques auprès des SDF de Sète et Montpellier. Alcool, bastons, violence contre les femmes, flics, pompiers, trafic de Subutex, piquouse derrière des murets, prison, crise de manque, polonais avec des barre à mine qui… barrent la porte et coup de poing arrêté à 2 cm de mon visage.

Personne n’est à la rue par le seul manque d’argent. Mais on s’y retrouve par manque d’amour. Sans solidarité familiale et sans stabilité émotionnelle, c’est le point de bascule. Le mythe du chômeur à la rue est une illusion. De l’argent, il y en a : RSA, APL, manche. Tous les bénéficiaires des minimas sociaux ne sont pas sur le trottoir. Les SDF ne savent pas s’occuper d’eux. On ne leur a pas appris.

Article intégral publié dans StreetPress

Collage des images dans les rues de Montpellier

Publicités