Papy, mamie et… Alzheimer

J’ai suivi mon grand-père atteint de la maladie d’Alzheimer lors des deux dernières années de sa vie, de 2008 à 2010.  Malade depuis 1994, il fut placé dans un centre spécialisé pendant cinq ans. Pour ma grand-mère, cette affection a eu pour conséquence la perte lente, mais inéluctable, d’un être cher, du compagnon de toute une vie. Les liens tissés par les souvenirs disparaissaient jour après jour. Bien que vivant, mon grand-père n’était plus vraiment là.

J’ai alors réalisé son portrait. J’ai tourné sans cesse autour de lui pour mieux le connaître. Il est tombé malade alors que je n’avais que 8 ans. Dans le même temps, je raconte comment ma grand-mère faisait perdurer des liens au-travers d’une tendresse et une présence.

En 2015, ma grand-mère est elle-même atteinte d’un syndrome apparenté à la maladie d’Alzheimer : la démence fronto-temporale. Elle voit François Hollande par la fenêtre. Elle ne peut plus s’habiller ou faire à cuisiner. Elle doit à son tour être placée dans un établissement spécialisée. Je reprends mon appareil photo et la suit. Sa perception de la réalité est altérée. Changeante, approximative. Parfois nette, parfois en dérive. Je poursuis encore aujourd’hui ce travail.